Vivement les palettes!

En venant s’installer au Mexique, mon conjoint a acheté une petite maison. La grandeur représente celle d’un 4 1/2 à Montréal, ce qui est parfait pour 2 personnes. Lorsqu’on achète une maison ici, elle est pratiquement vide. Il y a les murs pour séparer les pièces, les portes et les fenêtres, le plancher, dans la cuisine il n’y a qu’un lavabo et la salle de bain est (heureusement!) un peu plus complète car elle possède douche, toilette et lavabo. Au niveau comptoir, tablette, miroir, garde-robe, il n’y a rien de rien, tout est à faire. Cela a de bons côtés, car ça permet de bâtir un chez-soi unique et très personnel. Plusieurs personnes me disaient; « Tu es chanceuse d’aller vivre au Mexique. Tu vas voir, le coût de la vie y est moindre, ça ne coûte pas cher là-bas. » Après quelques jours de magasinage, je n’étais pas du tout convaincue que le coût de la vie était si tant moins élevé. Pour débuter, il fallait équiper la maison des besoins essentiels; frigidaire, sofa, lit, réservoir d’eau chaude, accessoires de cuisine, laveuse, protection dans les fenêtres, air climatisé… Ensuite, il fallait installer des tablettes, des gardes-robe, organiser la cuisine, etc. En quincaillerie, j’ai trouvé plusieurs tablettes en bois. Pour un morceau de 24 x 10 x 1 pouces le prix était d’un peu moins de 20$ CAD. J’ai vite fait le calcul et après tous les premiers achats, le porte-feuille était déjà beaucoup moins épais. Il me fallait donc trouver rapidement un plan B. Après quelques recherches, nous avons trouvé une personne qui vendait des palettes en bois à moins de 5$ CAD chacune! J’ai toujours aimé travailler de mes mains. Nous avons donc acheté quelques outils et j’étais sur ma lancée! J’ai sué, oh que j’ai sué! Mais la fierté est grandement au rendez-vous. Merci à Pinterest pour toutes les idées, car ça ne fait que commencer! Ainsi je nous ai fabriqué des tablettes pour le coin lecture et télévision, un petit meuble d’entrée pour les souliers, un tabouret, un mini bar dans la cuisine, de petites tables… Voici quelques photos;

Tablettes palettes
Tablettes fabriquées avec du bois de palettes
Meuble entrée palette
Petit meuble d’entrée pour les souliers fabriqué avec du bois de palettes
Mini bar palette
Mini bar fabriqué avec du bois de palettes
Tabouret palettes
Tabouret fabriqué avec du bois de palettes

Pour ces 4 photos/projets, il y a environ 15$ CAD de bois de palette. Vivement l’économie d’argent et le fait d’avoir du temps!

Un jour sans mexicain

J’ai visionné un film voilà quelques jours; Un dia sin mexicanos (Un jour sans mexicain); http://www.adaywithoutamexican.com/

film-un-dia-sin-mexicanos
Affiche du film, en provenance du site; http://www.undiasinmexicanos.com/

C’est loin d’être un grand film, avec les images incroyables, les acteurs du siècle et l’histoire d’enfer, mais j’ai bien rigolé. Ce film est très d’actualité et je crois que Trump devrait le voir, car il ne semble pas comprendre toutes les répercussions que ses nouvelles lois auront comme impact. L’an dernier, mon conjoint et moi, on s’est rejoint à Tijuana pour prendre des vacances ensemble. À mon retour, j’ai traversé cette frontière vers 4 heures du matin pour prendre mon avion à San Diego et j’ai été très impressionnée. J’étais entourée de Mexicains et il y avait près d’une heure d’attente pour traverser les douanes. À ce que j’ai lu, cette petite heure n’était rien, car à certains moments, l’attente peut être de 5 heures! La plupart des gens qui m’entouraient étaient des travailleurs. Des personnes qui se lèvent à des heures pas possible, pour travailler beaucoup plus qu’un simple 8 heures et qui font ensuite le chemin du retour. Ils font des emplois que bien des gens ne veulent pas faire; travailler sur une terre agricole, s’occuper d’une famille, faire du ménage, laver de la vaiselle, etc. La question que je me pose est la suivante; si Trump empêche toutes ces personnes de traverser et travailler avec son super mur, qui fera ces jobs ingrates que personne ne veut vraiment faire? À voir dans les semaines et mois à venir…

D’un autre côté, je comprends son point de vue, il veut protéger les citoyens vivant dans ce pays. Alors faisons la même chose! J’essayais déjà de consommer localement le plus souvent possible, maintenant, disons que nous consommerons localement tout le temps! Je crois d’ailleurs qu’on le ressent déjà. Nous n’allons plus au Waltmart, Starbucks et autres compagnies étasuniennes de ce monde et les Mexicains n’ont plus. On n’y aperçoit que des touristes américains en ce moment. Également, je me ferais un grand plaisir d’agir pareillement lors de mon retour au Québec. Protégeons les nôtres, notre économie et ce qui nous entoure!

!?

Ça y est… Mon chéri est parti travailler. Nous étions ensemble 24 heures sur 24 durant presque un mois. Nous avons fait une journée de transport/attente de 24 heures et nous sommes désormais dans un autre pays, le sien; le Mexique. Sa routine vient de recommencer et moi… Je suis ici, dans notre nouvelle petite maison neuve, presque vide et je frise l’angoisse! La liste des trucs à faire pour avancer ce cocon en devenir se bouscule dans ma tête, il y a de la poussière partout et je devrais faire du ménage, j’ai envie de sauter, danser, crier, chanter, vider la bouteille de téquila, dormir, rien faire… Qu’est-ce que je vais faire de ma vie, ici? Moi, cette espèce de workaholic qui avait l’habitude de travailler plus que ce que le client en demandait… Plusieurs amis au Québec m’enviaient de partir, mais s’ils savaient! Je suis loin d’être dans un tout inclus où tout est prêt, beau, propre et parfait. Certes il fait chaud, certes qu’il fait beau, oui la Mer est à proximité, mais la plage est remplie de roches et d’embûches, tout comme ma vie en générale depuis notre arrivée! Premièrement, partout où on va, on me dévisage big time; une châtaine pâle avec les yeux bleus qui communique en anglais avec son conjoint… On me croit riche et on me traite de gringa haut et fort! Mais eux aussi, s’ils savaient! Bref, tout ça pour dire, il n’y a rien de parfait ni d’un bord, ni de l’autre. J’ai toujours eu comme philosophie que rien n’est complètement noir ou blanc. Ça prend un équilibre, voilà tout. Mon chum a dû s’adapter à Montréal, maintenant c’est à mon tour de m’adapter à La Paz et à trouver un nouvel équilibre. Malgré le fait que je sois venue ici à quelques reprises déjà, le choc culturel est bien là! Des vacances, c’est loin comme aller vivre ailleurs, je vous en passe un papier! J’espère tout simplement qu’à travers mes quelques histoires et la recherche de mon « nouvel équilibre », je vous ferai rêver, voyager, rire, voir même choquer, à voir! 😉