Les fourmis, les lézards et le serpent

lezard
Mauvaise photo (!) d’un petit lézard… C’est qu’ils sont difficiles à attraper!

Le retour! Nous nous sommes absentés de notre petite maison durant quelques mois, le temps d’un nouveau contrat au Québec et l’arrivée d’une charmante petite puce. À notre retour, nous avons eu droit à quelques surprises. Notre bloc de béton est situé dans un environnement assez naturel à El Centenario et la nature avait commencé à prendre possession des lieux.

La première semaine, j’ai sursauté et crié à maintes reprises. Certes que la famille venait faire son tour fréquemment, mais elle ne vivait pas à temps plein dans la maison. Dans les premiers jours, je suis tombée sur une petite colonie de fourmis. Vous me direz: « Des fourmis il n’y a rien là! » Quand elles mordent, c’est une autre paire de manches. Je sais bien de quoi je parle, car j’ai marché dans un nid de fourmis étant jeune et le résultat n’avait pas été super chouette, croyez-moi puisque je m’en souviens beaucoup trop pour ce bien jeune âge! Il s’agit de minuscules fourmis brunes-rouges et elles sont plutôt agressives.

Ensuite, il y avait quelques lézards qui s’amusaient à rentrer et sortir… Bien oui entrer et sortir, car ça se rappelle par où ça passe et ça ressort par le même endroit (du moins la plupart du temps!). Plutôt intelligentes ces petites bêtes! De plus ça bouge vite un lézard et souvent, je me disais que c’était ma fatigue qui me poussait à voir des choses… et bien non! Les petites crottes qui se trouvaient un peu partout dans la maison ne mentait pas! Aussi, j’avais l’habitude de voir des lézards verts, alors que ceux-ci étaient de couleur jaune. Mon chum me disait; « C’est bien des lézards, ça mange les insectes! » Ouin…

Finalement, la cerise sur le gâteau, une belle journée, alors que je joue avec ma puce, j’aperçois dans la cuisine une minuscule tête avec une langue qui sort tout près de l’évier!!! Bordel, c’est un serpent!? J’ai crié tellement fort que mon amoureux est sorti de la douche en catastrophe pour voir ce qui se passait. En bonne fille beaucoup trop apeurée par ce qu’elle venait de voir, j’ai pris ma fille et suis allée me réfugiée sur le lit, dans la chambre, en fixant la porte jusqu’à temps que mon bel homme vienne me rassurer. C’était un bébé serpent à sonnette, dans notre maison?! Ça me laisse encore sans mot.

Ainsi, la nature faisait ce qu’elle avait à faire! Les fourmis étaient mangés par les lézards, qui eux étaient mangés par le petit serpent. Bref, il était plus que temps que l’on revienne! Nous avons trouvé tous les petits trous inimaginables et avons tout bouché. Tout cela en plus de mon expérience dans le passé avec la coquerelle, voir article: La cucaracha. Disons que je découvre une toute nouvelle panoplie d’animaux et d’insectes au Mexique.

Maintenant, plus que jamais, je me rappelle les paroles de mes parents alors que j’étais enfant; « Ferme la porte, les souris vont rentrer! » Croyez-moi, je suis maintenant plus que vigilante sur les portes. Elles restent fermées autant que possible et les petites souris du Québec me manquent presque! 🙂

Vivement les palettes!

En venant s’installer au Mexique, mon conjoint a acheté une petite maison. La grandeur représente celle d’un 4 1/2 à Montréal, ce qui est parfait pour 2 personnes. Lorsqu’on achète une maison ici, elle est pratiquement vide. Il y a les murs pour séparer les pièces, les portes et les fenêtres, le plancher, dans la cuisine il n’y a qu’un lavabo et la salle de bain est (heureusement!) un peu plus complète car elle possède douche, toilette et lavabo. Au niveau comptoir, tablette, miroir, garde-robe, il n’y a rien de rien, tout est à faire. Cela a de bons côtés, car ça permet de bâtir un chez-soi unique et très personnel. Plusieurs personnes me disaient; « Tu es chanceuse d’aller vivre au Mexique. Tu vas voir, le coût de la vie y est moindre, ça ne coûte pas cher là-bas. » Après quelques jours de magasinage, je n’étais pas du tout convaincue que le coût de la vie était si tant moins élevé. Pour débuter, il fallait équiper la maison des besoins essentiels; frigidaire, sofa, lit, réservoir d’eau chaude, accessoires de cuisine, laveuse, protection dans les fenêtres, air climatisé… Ensuite, il fallait installer des tablettes, des gardes-robe, organiser la cuisine, etc. En quincaillerie, j’ai trouvé plusieurs tablettes en bois. Pour un morceau de 24 x 10 x 1 pouces le prix était d’un peu moins de 20$ CAD. J’ai vite fait le calcul et après tous les premiers achats, le porte-feuille était déjà beaucoup moins épais. Il me fallait donc trouver rapidement un plan B. Après quelques recherches, nous avons trouvé une personne qui vendait des palettes en bois à moins de 5$ CAD chacune! J’ai toujours aimé travailler de mes mains. Nous avons donc acheté quelques outils et j’étais sur ma lancée! J’ai sué, oh que j’ai sué! Mais la fierté est grandement au rendez-vous. Merci à Pinterest pour toutes les idées, car ça ne fait que commencer! Ainsi je nous ai fabriqué des tablettes pour le coin lecture et télévision, un petit meuble d’entrée pour les souliers, un tabouret, un mini bar dans la cuisine, de petites tables… Voici quelques photos;

Tablettes palettes
Tablettes fabriquées avec du bois de palettes
Meuble entrée palette
Petit meuble d’entrée pour les souliers fabriqué avec du bois de palettes
Mini bar palette
Mini bar fabriqué avec du bois de palettes
Tabouret palettes
Tabouret fabriqué avec du bois de palettes

Pour ces 4 photos/projets, il y a environ 15$ CAD de bois de palette. Vivement l’économie d’argent et le fait d’avoir du temps!

Un jour sans mexicain

J’ai visionné un film voilà quelques jours; Un dia sin mexicanos (Un jour sans mexicain); http://www.adaywithoutamexican.com/

film-un-dia-sin-mexicanos
Affiche du film, en provenance du site; http://www.undiasinmexicanos.com/

C’est loin d’être un grand film avec des images incroyables, les acteurs du siècle et l’histoire d’enfer, mais j’ai bien rigolé. Ce film est très d’actualité et je crois que Trump devrait le voir, car il ne semble pas comprendre toutes les répercussions que ses nouvelles lois auront comme impact. L’an dernier, mon conjoint et moi, on s’est rejoint à Tijuana pour prendre des vacances ensemble. À mon retour, j’ai traversé la frontière de cette ville vers 4 heures du matin pour prendre mon avion à San Diego et j’ai été très impressionnée. J’étais entourée de Mexicains et il y avait près d’une heure d’attente pour traverser les douanes. À ce que j’ai lu, cette petite heure n’était rien, car à certains moments, l’attente peut être de 5 heures! La plupart des gens qui m’entouraient étaient des travailleurs. Des personnes qui se lèvent à des heures pas possible, pour travailler beaucoup plus qu’un simple 8 heures et qui font ensuite le chemin du retour. Ils font des emplois que bien des gens ne veulent pas faire; travailler sur une terre agricole, s’occuper d’une famille, faire du ménage, laver de la vaiselle, etc. La question que je me pose est la suivante; si Trump empêche toutes ces personnes de traverser et travailler avec son super mur, qui fera ces jobs difficiles que personne ne veut vraiment faire? À voir dans les semaines et mois à venir…

D’un autre côté, je comprends son point de vue, il veut protéger les citoyens vivant dans ce pays. Alors faisons la même chose! J’essayais déjà de consommer localement le plus souvent possible, maintenant, disons que nous consommerons localement presque tout le temps! Nous n’allons plus au Waltmart, Starbucks et autres compagnies étasuniennes de ce monde… Il y a d’autres options. Tels que les cafés locaux ou encore des épiceries telles que Chedraui, Soriana, Ley, etc.

Protégeons les nôtres, notre économie et ce qui nous entoure!