L’eau au Mexique

La péninsule de la Basse-Californie est entourée d’eau. D’un côté, il y a la Mer Pacifique et de l’autre la Mer de Cortez. Traverser d’un bord à l’autre prend environ 1 heure. L’océan est toujours magnifique à voir de partout et accessible facilement, par contre l’eau chez l’habitant n’est pas bonne à consommer du tout. Au Québec, il y a de l’eau partout et celle qui sort de nos robinets à la maison est très bonne à boire dans l’immédiateté. Ici, c’est une autre histoire et particulièrement pour cuisiner. En ce qui me concerne, j’ai un système très fragile et l’adaptation alimentaire n’a pas du tout été facile. Voici quelques-uns de mes trucs, remarques et observations.

En premier lieu, c’est triste, car j’étais habituée au recyclage, alors qu’ici, il n’y a rien du tout (mais on essaie de trouver des solutions, on en rejase dans un futur texte!). Il faut donc apprendre à faire certains deuils en venant habiter ici. C’est assez absurde en soit, car le Mexique est un grand consommateur de bouteilles de plastique. Également, on trouve dans ce pays un des plus grands transformateurs au monde de PET (abréviation de polyéthylène téréphtalate), la compagnie PetStar; http://www.petstar.mx/. J’ose espérer que tout est une question de temps pour changer les habitudes des gens. Lorsque vous achetez des bouteilles d’eau à l’épicerie ou au dépanneur, il n’y a aucun problème, car elles sont bien scellées. En ce qui concerne les bouteilles de 18 litres, faites attention. Des camions se promènent dans les rues des quartiers résidentiels pour en vendre (tout comme le gaz, voir l’article Le bruit!), mais prenez garde. Les gens de la place consomment cette eau sans problème, mais en ce qui me concerne, mon corps réagit fortement. Ces bouteilles ne sont pas affiliées à une marque et elles ne sont pas scellées, on ne sait donc pas d’où elles viennent. À vos risques et périls!

Au niveau bar et restaurant, je vous conseille fortement de faire une recherche préalablement. Du moins si vous avez un système digestif sensible comme le mien ou que vous venez tout juste d’arriver. Une grande majorité des endroits font attention, servent des aliments bien nettoyés et de la glace faite d’eau purifiée, mais on ne sait jamais. Une fois, je suis allée dans un événement et j’ai consommé deux cocktails à base de jus de pamplemousse et de tequila, le tout bien garni de glace. Je vous épargne les détails de ma nuit!

À la maison, voici ce que les gens utilisent;

desinfectant-eau
Désinfectant pour l’eau

On met nos aliments dans un bol d’eau purifiée, on ajoute quelques gouttes du désinfectant (10 gouttes pour 1 litre) et on laisse tremper durant 15 minutes. Suite à cela on rince nos aliments à l’eau purifiée et le tour est joué. Certains Mexicains font cette procédure pour les fruits et légumes qui seront consommés crus. En ce qui me concerne, je fais cette procédure pour tous les aliments dû à ma grande fragilité. Certes que cela augmente le temps de préparation, mais on s’y fait à la longue. Puis oui c’est agréable de manger au restaurant, mais pour épargner, il n’y a rien de tel qu’un bon repas fait maison. Bon appétit! 🙂

Mise à jour du septembre 2018:

À notre retour, je n’ai pas acheté le désinfectant pour l’eau, car la dernière année cela avait pris un bon 2 mois à mon système à s’habituer. De plus il m’arrivait encore d’avoir des crises après plus de 5 mois. En ce moment, j’achète de la salade prête à consommer et je nettoie mes aliments crus avec de l’eau purifiée seulement. Durant le derniers mois, je n’ai eu qu’environ 3-4 crises, ce qui n’est pas si mal. Bien souvent, cela était dû à des aliments préparés d’avance, telle qu’une sauce pour Chilaquiles par exemple. Donc à vous de voir ce qui fonctionnera le mieux. La méthode essais et erreurs est bien souvent la meilleure!

La sécurité

Au Mexique bien des trucs diffèrent sur bien des sujets, mais cette fois-ci, parlons maison et sécurité. Ici, les détecteurs de fumée ne sont pas obligatoires. Au Québec, on sait que si les pompiers passent à la maison, qu’ils vérifient notre détecteur et que celui-ci ne fonctionne pas, nous aurons droit à une contravention. Les matériaux de fabrication de maison au Mexique ne sont pas les mêmes qu’au Québec. À titre d’exemple, la maison dans laquelle je vis présentement, est à l’épreuve des ouragans (eh oui, l’été ils sont assez fréquents!). Tous les murs sont en béton, donc assez difficile de prendre en feu. Le détecteur n’est donc pas LA priorité.

Aussi, la plupart des portes et fenêtres de maisons sont couvertes d’une grille de protection, en voici un exemple;

Protections fenetres.JPG
Exemple de protection couvrant les portes et fenêtres.

Ces grilles de métal sont soudées dans les murs de béton au-devant des portes et fenêtres. Il est donc pratiquement impossible de rentrer à l’intérieur, à moins de littéralement briser les murs. Grâce à ces protections, on peut dormir les fenêtres ouvertes. Sans cela, je n’oserais même pas! Car par ici, les histoires de gens qui se sont fait voler, voir même lorsqu’ils dormaient ne sont pas rares. Également, les habitations sont entourées de murs ou de clôtures qui protègent le terrain et la maison. En parlant avec quelques personnes vivant ici depuis toujours, on m’a dit que voilà une dizaine d’années, ce n’était pas ainsi. Lors des journées trop chaudes d’été par exemple, les gens faisaient du camping sur leur terrain, ils laissaient les portes et les fenêtres débarrées et ce n’était pas dangereux. Or, de nos jours, tout cela est fortement déconseillé. Les raisons de ce changement de mode de vie n’est pas tellement clair. Tout cela serait dû à un mélange de l’augmentation de la pauvreté, de l’arrivée « d’étrangers », des cartels de drogue, etc. Donc, protégez-vous et pensez sécurité avant tout! Barrez vos portes et fenêtres lorsque vous quittez ou que vous dormez s’il n’y a pas de protection. Dans le meilleur des mondes, évitez de consulter la police. Pour déjà avoir été dans cette situation (on a dévalisé ma chambre d’hôtel et tout volé sauf mon linge sale!) c’est loin d’être une partie de plaisir. La personne en charge de prendre ma déposition au poste de police dormait. Cette dernière a même osé me demander si je pouvais revenir plus tard pour retourner se coucher?! Certes qu’il était environ 3 heures du matin, mais quand même! En ce qui concerne la Police Fédérale, les gens d’ici ne leur font pas confiance du tout. Bien souvent, ils sont corrompus et ils ne feront absolument rien pour vous aider. Pensez à votre sécurité premièrement et avant tout et faites confiance à votre instinct.

Je sais que tout cela est absurde, mais c’est comme ça. Le Mexique est un super pays, il fait beau et chaud, en Basse-Californie l’océan est partout autour de la péninsule, les palmiers et cactus sont charmants à voir… Mais il faut garder les portes et les fenêtres fermées et barrées. À la longue, on s’habitue et on apprend à bien profiter de l’extérieur durant le jour.

Un jour sans mexicain

J’ai visionné un film voilà quelques jours; Un dia sin mexicanos (Un jour sans mexicain); http://www.adaywithoutamexican.com/

film-un-dia-sin-mexicanos
Affiche du film, en provenance du site; http://www.undiasinmexicanos.com/

C’est loin d’être un grand film avec des images incroyables, les acteurs du siècle et l’histoire d’enfer, mais j’ai bien rigolé. Ce film est très d’actualité et je crois que Trump devrait le voir, car il ne semble pas comprendre toutes les répercussions que ses nouvelles lois auront comme impact. L’an dernier, mon conjoint et moi, on s’est rejoint à Tijuana pour prendre des vacances ensemble. À mon retour, j’ai traversé la frontière de cette ville vers 4 heures du matin pour prendre mon avion à San Diego et j’ai été très impressionnée. J’étais entourée de Mexicains et il y avait près d’une heure d’attente pour traverser les douanes. À ce que j’ai lu, cette petite heure n’était rien, car à certains moments, l’attente peut être de 5 heures! La plupart des gens qui m’entouraient étaient des travailleurs. Des personnes qui se lèvent à des heures pas possible, pour travailler beaucoup plus qu’un simple 8 heures et qui font ensuite le chemin du retour. Ils font des emplois que bien des gens ne veulent pas faire; travailler sur une terre agricole, s’occuper d’une famille, faire du ménage, laver de la vaiselle, etc. La question que je me pose est la suivante; si Trump empêche toutes ces personnes de traverser et travailler avec son super mur, qui fera ces jobs difficiles que personne ne veut vraiment faire? À voir dans les semaines et mois à venir…

D’un autre côté, je comprends son point de vue, il veut protéger les citoyens vivant dans ce pays. Alors faisons la même chose! J’essayais déjà de consommer localement le plus souvent possible, maintenant, disons que nous consommerons localement presque tout le temps! Nous n’allons plus au Waltmart, Starbucks et autres compagnies étasuniennes de ce monde… Il y a d’autres options. Tels que les cafés locaux ou encore des épiceries telles que Chedraui, Soriana, Ley, etc.

Protégeons les nôtres, notre économie et ce qui nous entoure!

Les nouvelles mexicaines

Je travaille dans le milieu de la télé depuis 10 ans. Durant ces années passées, j’ai travaillé sur plusieurs genres de projets: documentaire, magazine, docu-fiction, etc. Une partie très importante d’un show, est la pré-production. C’est là que toutes les recherches se font et que le projet se bâtit. Il est primordial de bien valider toutes les informations au niveau du contenu avant de les diffuser, c’est une règle de base. Ici (ça me désole vraiment d’écrire ça), il semble qu’ils n’aient pas les mêmes normes qu’au Québec. À titre d’exemple, voilà quelques jours, un terrible événement est survenu dans une école. Il y a eu une fusillade. Voici l’article qu’on pouvait lire, très peu de temps après l’incident;

http://www.mimorelia.com/menor-mata-a-tres-de-sus-companeros-en-secundaria-de-monterrey/

Il est écrit que le jeune homme a tué 3 de ses collègues, a tiré une balle dans la tête de sa professeure et qu’il s’est ensuite enlevé la vie… En vérité, mis à part le jeune homme qui s’est suicidé, il n’y a eu aucun autre mort (heureusement!). Puis quand on se promène d’un article à l’autre, beaucoup d’informations sont différentes. Par exemple, le jeune n’a jamais le même âge et son enseignante non plus, il semble que l’adolescent en question avait des troubles mentaux, mais rien n’est relaté nul part, etc. C’est d’une tristesse, vraiment. Déjà qu’on ne peut pas faire confiance à la police fédérale ici (autre article à venir)… Il semble qu’on ne puisse pas plus faire confiance aux médias non plus. D’un autre côté, je trouve difficile de leur en vouloir, car selon la Fédération Internationale des Journalistes, en 2017, 13 travailleurs des médias auraient été tués au Mexique. Mieux vaut choisir d’habiter dans un autre pays si on veut absolument vivre de ce métier! Bref, lorsqu’on écoute ou lit les nouvelles du Mexique, il faut apprendre à faire un certain tri de ce qu’on peut voir. Ou encore, on peut lire sur des pages comme celle-ci: https://colectivopericu.net/

Les Mexicains sont très actifs sur les réseaux sociaux. Ils se créent des pages, sites et autres et se tiennent au courant entre eux. C’est d’une grande efficacité.

 

Le droit au secours

Au Québec, la charte des droits et libertés de la personne, stipule (chapitre 1, article 2) ;       « …tout être humain dont la vie est en péril à droit au secours » Charte des droits et libertés. On peut même être poursuivi en cour si on ne vient pas en aide à quelqu’un alors qu’il est dans le besoin et qu’on peut le secourir.
Au Mexique, une telle loi n’existe pas. Au contraire, dépendant de l’endroit où vous êtes, bien des gens hésiteront à vous venir en aide. Cela est dû à plusieurs canulars déjà survenus. Chose triste, car les mexicains sont loin d’être des gens individualistes. À titre d’exemple, l’ami de mon père est venu nous rendre visite l’an passé. Ce dernier habite en Basse-Californie du Nord. Il a dû faire près de 25 heures de route pour arriver à La Paz. Lors de la première journée de route, à l’aller, il a eu une crevaison. Comme il conduit une Smart, il n’avait pas de pneu de secours et il était pris au milieu de nul part. Il se résigna donc à dormir dans son auto quand une voiture s’arrêta. C’était un petite famille mexicaine. Le père offrit de prendre son pneu, de le réparer et de lui rapporter le lendemain matin. Notre ami passa la nuit dans sa petite voiture et tôt le lendemain, le père de famille était là, au poste, avec le pneu réparé. Que deviendra l’humanité si tous se mettaient à ne plus faire de bonnes actions par peur? Je me pose la question, mais surtout, j’en ai pas envie!

Le drapeau mexicain

2adbd-dsc_0376
Le drapeau mexicain
Le drapeau du Mexique fait un peu penser au drapeau des Patriotes, du Québec (https://en.wikipedia.org/wiki/Patriote_flag) à cause de ses couleurs. Le vert et le blanc aurait les mêmes significations, c’est-à-dire l’espérance et la pureté.
Par contre, les lois entourant les 2 drapeaux sont très différentes et l’une d’elle a capté davantage mon attention. Saviez-vous qu’au Mexique, si vous possédez un drapeau mexicain et que pour une raison quelconque ce dernier est sale vous ne pouvez le nettoyer? Vous devrez plutôt le brûler et vous en procurez un nouveau. Car si quelqu’un vous prend alors que vous lavez votre drapeau et vous dénonce, vous aurez une amende et il y a même de fortes chances que vous alliez en prison! Cela est considéré comme une félonie envers le pays. Tenez-le-vous pour dit!

Les coutumes II – Rosca de Reyes

Les mexicains ne fêtent pas Noël comme j’en avais l’habitude et ce fût une belle expérience de découvrir ces nouvelles coutumes!
 
En premier lieu, ils ne croient pas vraiment au Père Noël. Leurs habitudes festives sont plus religieuses et tout tourne autour de l’arrivée de Jésus. Quelques jours avant le 25 décembre, les familles et amis se rassemblent souvent et passent beaucoup de temps ensemble. Il y a plusieurs fêtes les soirées précédent Noël et ils appellent cela posadas qui signifie « auberge ». Car quelques jours avant la naissance de Jésus, il semble que Joseph et Marie, en route vers Bethléem, dormaient chez les âmes charitables. D’ailleurs, il n’est pas rare aussi de voir dans le jour, des groupes de gens marcher dans la rue, portant une grande croix, en priant et en chantant des trucs liturgiques.
 
Ce qui a piqué ma curiosité afin de faire la recherche de ce texte fût la coutume de la Rosca de Reyes. Le 6 janvier, en famille, chacun doit couper un morceau de la rosca que l’on mange en buvant du chocolat chaud. Si on tombe sur le petit Jésus en plastique à l’intérieur, on devra offrir des tamales (https://en.wikipedia.org/wiki/Tamaleà toutes les personnes présentes lors de la fête du 2 février (autre fête que je devrai découvrir!). Cette coutume m’a fait penser aux Gâteaux des rois. Sauf qu’au lieu de tomber sur une fève blanche crue, on risque de croquer un petit Jésus! Après quelques lectures et recherches, on trouve plusieurs similitudes. Mais à la base, cette tradition serait née après le solstice d’hiver afin de célébrer les journées qui s’allongent enfin (les Saturnales).
La Rosca de Reyes
Heureusement pour moi et pour les convives du 2 février, je ne suis pas tombée sur le bébé Jésus, car je ne sais aucunement encore comment se prépare un tamales. À voir prochainement!
Le petit Jésus en plastique que l’on trouve dans la Rosca de Reyes

Les dépanneurs mexicains

Oxxo, une chaîne de dépanneurs mexicains

Au Québec nous avons les dépanneurs Couche-Tard et au Mexique, ils ont les Oxxo. Certes qu’il y a beaucoup de particuliers et d’autres compagnies, mais les Oxxo se trouvent très facilement un peu partout en Basse-Californie.

P.S. Faites attention! Il arrive (comme sur cette affiche) que le dépanneur indique qu’il est ouvert 24 heures, malgré cela, il se peut que vous arriviez et que tout soit fermé. Il semble que cela soit dû au fait qu’il n’y ait pas assez d’achalandage.

 

La nouvelle année!

Pour une troisième année, j’ai fêté le jour de l’an au Mexique et je dois avouer être impressionnée à chaque fois! Au Québec, on fête en famille, on danse, on chante, on écoute le Bye Bye, on mange beaucoup, on ouvre une bouteille de bulles, alors qu’au Mexique… Certes que les Mexicains sont en famille, qu’ils écoutent de la musique et tout le reste, mais il y a aussi les feux d’artifice que tous font sauter à tout bout de champ et en plus, ils tirent du gun! Quand tu viens d’un endroit comme le Québec, où les armes sont assez rares à moins d’être un chasseur, ça choque un peu! Et même si à l’extérieur il n’y a pas de neige et qu’il fait chaud, ça ne donne pas trop envie d’aller prendre une marche, du moins, en ce qui me concerne! 😉
J’ai pensé à ce dessin animé en écrivant ce court texte;

https://www.youtube.com/watch?v=yUe_Pi8NfT4
Bonne année!

Le bruit!

Le Mexique est un beau pays. Les plages sont belles et tranquillisent l’esprit. Par contre, ce n’est pas représentatif de tout le pays! Car au Mexique, il y a du bruit un peu pas mal tout le temps.
Nous habitons dans un petit village très typique, tout près de La Paz. Voici ce que mes oreilles entendent dans une période de 24 heures.
En premier lieu, monsieur et madame Tout-le-monde ont souvent de gros véhicules et ces derniers font parfois pas mal de bruit. Ici, il n’y a pas beaucoup de réglementation en ce qui concerne les véhicules. Il n’est donc pas rare que les gens enlèvent leur muffler par exprès!?
Ensuite, il arrive fréquemment que les voisins possèdent des poules et des moutons. Dois-je vous préciser que ces petites bêtes sont loin d’être silencieuces?
Aussi, plusieurs personnes vendent sur la route, tels que des grandes bouteilles d’eau par exemple ou encore des réservoirs de gaz pour le four. Comment se font-ils remarquer? Ils ont de gros haut-parleurs derrière leur camion et en roulant dans les rues, ils diffusent une annonce auditive en permanence. J’ai trouvé l’exemple de ce qu’on entend en Baja pour le gaz; https://www.youtube.com/watch?v=-AI_4An0V-0.  Après 2-3 ans, ça me fait encore sourire d’entendre ça!
Les chiens… Ici, il y a beaucoup de chiens. Ils servent de gardiens, autrement dit de système d’alarme! Lorsqu’une personne rôde dans la rue, la nuit, ça ne prend pas de temps pour que tout le voisinage le sache.
Le dernier élément de ma liste, mais non le moindre; la musique! Il n’est pas rare que les gens paient un groupe pour venir jouer chez eux lors d’une fête. Comme nous sommes au Mexique et qu’il fait beau et chaud, ces derniers jouent à l’extérieur. Souvent ça commence autour de minuit et ça se poursuit parfois jusqu’à 6h00! Voici un exemple typique, la musique norteña;
Il ne faut pas omettre qu’en plus des spectacles, ces groupent doivent pratiquer!
Quand on vient d’un endroit comme le Québec, là où généralement le bruit cesse après 23h00, disons que le sommeil est un peu perturbé dans les premiers temps. Mais suite à cela, on s’habitue et ça donne un certain charme à l’endroit. Et ce que cela a de positif, c’est que lorsque à notre tour on a envie de faire du bruit, on ne se sent pas mal du tout!